Avis du Comité Européen portant sur le projet d’OPA de Thales sur Gemalto

Les membres du Comité Européen de Thales, en se basant notamment sur l’analyse de l’expert qu’il avait mandaté, ont rendu un avis, le 12 septembre 2018, permettant d’éclairer les salariés du Groupe sur le projet de d’OPA de Thales sur Gemalto. Cet avis pointe notamment la question du choix de ne pas développer en interne non seulement les systèmes de cybersécurité recherchées chez Gemalto, mais aussi de nouvelles activités utiles socialement et sociétalement, comme par exemple dans le domaine médical, comme le propose la CGT Thales depuis plusieurs années (cf http://imageriedavenir.fr/)

AVIS DU COMITE EUROPÉEN

L’OPA de Thales sur Gemalto relève d’une décision unilatérale du PDG, au sein d’un comité restreint, dans le secret des affaires. Le Comité européen ne peut que le constater.

A l’examen des éléments du rapport Syndex, de nombreux points aveugles, pour ne pas dire obscurs, restent à analyser et objectiver, du point de vue de l’intérêt collectif des salariés, de Thales (emplois, qualité de vie au travail, etc), mais aussi des salariés de Gemalto. La liste de questionnements et de compléments d’informations, évoqués ce matin, en cerne les contours.

L’avis du Comité Européen s’entend comme un avis devant influer et peser sur les décisions et leurs mises en œuvre. Il est donc du devoir du Comité Européen de pointer, à ce stade, le caractère périlleux, de cette OPA, pour l’intégrité et l’avenir du Groupe.

Rapporter au prix considérable de l’opération, il est pour le moins justifié de se demander, si en interne, les activités actuelles de la GBU SIX et la DBU, ne pouvaient générer par elle-même, l’avantage compétitif recherché et la maîtrise espérée des domaines et systèmes de la cybersécurité. Sans parler de la possibilité de mieux financer les activités actuelles, voire d’autres axes de développement socialement et sociétalement utiles, comme l’investissement dans les industries médicales en plein essor.

Le Comité Européen acte l’engagement de la direction de maintenir un dialogue social de haut niveau en mettant en place un groupe de concertation appuyé si nécessaire par un expert et de définir conjointement un calendrier de suivi du projet d’acquisition permettant à terme le recueil d’un avis du Comité Européen sur l’intégration de Gemalto.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *