TR6 : chantage à l'interressement, manoeuvres electoralistes : la CGT persiste… et ne signe pas !

interressement.JPG Suite à la non-signature de l’accord proposé en 2011, nous nous sommes engagés dans cette nouvelle négociation avec les conceptions suivantes :

  • Obtenir la plus grande information et participation possible du personnel au processus de négociation, par l’obtention d’heures d’information syndicales spécifiques. Nous avons été bien seuls sur cette exigence …
  • Résultat : refus catégorique de la Direction ;

  • Obtenir que les salariés bénéficient du même principe, pour l’instant favorable aux seuls actionnaires, à savoir : versement de dividendes = déclenchement du versement de l’intéressement. Là encore, nous étions bien seuls …
  • Résultat : refus outré et tout aussi catégorique de la Direction ;
  • Encadrer les critères financiers et d’auto-exploitation par des éléments concourant à une organisation du travail plus humaine, plus saine, et préservant durablement un emploi de qualité, y compris sur le plan industriel. Par exemple : abaisser les exigences en matière de résultat d’exploitation et jalons pour percevoir l’intéressement, si les indicateurs suivants n’étaient pas respectés sur les trois années de l’accord :

– les volumes d’embauches et d’effectifs
– la résorption progressive des dépassements d’horaire
– la limitation graduelle du recours aux horaires atypiques

  • Résultat : refus toujours aussi catégorique de la Direction.

Malgré notre approche constructive, nous nous sommes heurtés au refus dogmatique de la Direction et à l’indifférence des autres organisations syndicales.

lire l’intégralité de la communication

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *