LES MAGASINS AU CŒUR DE NOS METIERS !

Au niveau national, création de 9 centres de distribution régionaux.

Dans un environnement économique florissant, Thales souhaite encore augmenter sa profitabilité en réduisant ses frais de fonctionnement et le coût des fonctions support.
Les activités des magasins et réceptions doivent être « professionnalisées » pour être moins « artisanales » et plus rentables.
Ce projet va obliger chaque site à revoir sa façon de gérer les flux de matériels : codification dans l’outil de gestion de la production, nouveaux flux de circulation, adaptation de nos process internes, délais augmentés, …
Des visites seront organisées sur les sites pour les sociétés prestataires candidates (Bolloré Logistics et ID Logistics) afin de leur permettre de faire une proposition commerciale pour reprendre les activités Thales.

Le calendrier affiché par la direction Groupe prévoit une mise en œuvre fin 2018 mais dans beaucoup de filiales il y a une volonté de jouer les bons élèves et d’accélérer cette réorganisation.
La direction nous décline ce projet en affichant comme modèle, l’exemple et le retour d’expérience de TCS (Thales Communications et Sécurité).

Cette décision de sous-traitance n’était basée que sur un choix dogmatique car cette activité était présentée comme essentielle à notre activité (pour ne pas dire « cœur de métier »), efficace et compétitive, même comparée à des sous-traitantes spécialistes du métier, ainsi qu’en croissance. D’ailleurs lors de la consultation au CE, la direction a déclaré « Je pense que nous avons essayé de bâtir la moins mauvaise solution dans le contexte ». Cette première étape du projet Groupe permet déjà de voir les premières conséquences de cette réorganisation.

CONSEQUENCES SUR L’EMPLOI : Dumping social annoncé

IMPACT SUR LES AFFAIRES

ID LOGISTICS : UN EMPLOYEUR VOYOU ?

QUEL AVENIR POUR TGFL

La CGT Thales est opposée à ce projet de mutualisation et de sous-traitance de l’activité logistique car les conséquences sont négatives sur plusieurs points :
• Pour les salariés concernés, car les gains de compétitivité seront réalisés sur leur dos, par un dumping social.
• Pour nos activités, car le manque de proximité pose plus de problèmes que les gains apportés par la mutualisation.
• Pour l’environnement, car cet éloignement des lieux de stockage génère plus de transport (où est l’engagement de Thales pour la COP21 ????)

De plus la, CGT s’appuie aussi sur les autres projets de mutualisation et externalisation, dont :
o Celui de la proximité informatique vers TGS (Thales Global Services) puis vers la sous-traitance.
o Celui du service paie vers TGS.
A chaque fois, cela s’est accompagné de conséquences néfastes sur l’organisation telle qu’un manque de réactivité, mais surtout de proximité. On peut légitimement se poser la question de savoir où cela s’arrêtera ? Quelles activités seront ensuite concernées ? Pourquoi ne pas mutualiser puis externaliser par exemple les services RH, ceux-ci n’étant certainement pas « cœur de métier » !

La CGT Thales propose de geler ce projet le temps de faire une expertise détaillée, en partant d’un audit sur ce qui a déjà été fait à TCS notamment, permettant de proposer des solutions alternatives en interne.

téléchargez le Tract CGT Thales LES MAGASINS AU COEUR DE NOS METIER 29juin2016.pdf

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *